Qu’est-ce que Handedness a à voir avec la latéralisation du cerveau (et qui s’en soucie?)

QU’EST-CE QUE LA LATÉRALISATION DU CERVEAU?

Le cerveau humain est un organe jumelé; il est composé de deux moitiés (appelées hémisphères cérébraux) qui se ressemblent à peu près.

Le terme latéralisation cérébrale fait référence au fait que les deux moitiés du cerveau humain ne sont pas exactement identiques. Chaque hémisphère a des spécialisations fonctionnelles: certaines fonctions dont les mécanismes neuronaux sont localisés principalement dans la moitié du cerveau.

Chez l’homme, la spécialisation fonctionnelle la plus évidente est la parole et le langage. Au milieu des années 1800, Paul Broca (un neurochirurgien français) a identifié une zone particulière de l’hémisphère gauche qui joue un rôle principal dans la production de la parole. Peu de temps après, un neurologue allemand, Carl Wernicke, a identifié une autre partie de l’hémisphère gauche principalement concernée par la compréhension du langage.

La plupart des humains (mais pas tous) ont quitté la spécialisation de l’hémisphère pour les compétences linguistiques. Les seuls tests directs de latéralisation de la parole sont trop invasifs pour être utilisés sur des personnes en bonne santé, donc la plupart de ce que nous savons dans ce domaine provient de rapports cliniques de personnes atteintes de lésions cérébrales ou de maladies. Sur la base de ces données et de mesures indirectes, nous estimons qu’entre 70% et 95% des humains ont une spécialisation linguistique dans l’hémisphère gauche. Cela signifie qu’un pourcentage inconnu d’humains (peut-être 5% à 30%) ont des profils de spécialisation anormaux. Il peut s’agir: (a) d’une spécialisation linguistique dans l’hémisphère droit ou (b) d’une spécialisation latéralisée faible. Plus on connaît les mécanismes neurologiques qui sous-tendent les capacités langagières, plus ces problèmes deviennent complexes. Par exemple, certaines fonctions langagières (comme la prosodie – le contenu émotif du discours) sont spécialisées dans l’hémisphère droit des personnes ayant des spécialisations linguistiques dans l’hémisphère gauche. L’essentiel est que, malgré des descriptions trop simplistes de choses sur le cerveau gauche / cerveau droit que l’on trouve dans les manuels d’introduction et la presse publique, il y a encore beaucoup de latéralisation cérébrale que nous ne comprenons tout simplement pas encore.

QU’EST-CE QUE LA MAIN-D’ŒUVRE?

«Handedness» est un terme vague, et peut signifier beaucoup de choses pour beaucoup de gens. La plupart des gens dans notre société définissent la neutralité comme la main que vous utilisez pour écrire. Au sein de la communauté scientifique, l’imprécision de ce terme a suscité de nombreux débats. Les chercheurs définissent la neutralité en fonction de différentes hypothèses théoriques. Par exemple, certains définissent la main comme (a) la main qui effectue plus rapidement ou plus précisément les tests manuels, tandis que d’autres la définissent comme (b) la main que l’on préfère utiliser, quelle que soit la performance. Certains pensent qu’il existe deux types d’impartialité: (a) gauche ou droite, ou (b) droite ou non droite, tandis que d’autres pensent qu’il devrait y avoir trois catégories (pour inclure l’ambidextrie). Certains pensent qu’il existe deux types différents d’ambidextrie. Certains pensent que la neutralité ne doit pas être regroupée en 2 ou 3 ou 5 catégories, mais plutôt mesurée sur une échelle d’un continuum. Ce ne sont là que des exemples de quelques-uns des différents critères de neutralité! Mon travail tente de résoudre certains de ces problèmes.

QUE DOIT FAIRE LA MAIN-D’ŒUVRE
   AVEC LA LATÉRALISATION DU CERVEAU?

Le même type qui a identifié une région du cerveau spécialisée pour le langage Paul Broca (Paul Broca) a également suggéré que la neutralité d’une personne était opposée à l’hémisphère spécialisé (donc une personne droitière a probablement une spécialisation linguistique hémisphérique gauche). Mais le coup est: ce n’est pas une corrélation miroir (c’est-à-dire que la majorité des gauchers semblent également avoir une spécialisation cérébrale hémisphérique gauche pour les capacités langagières). Des affaires délicates, hein? Depuis plus de 150 ans, de nombreux chercheurs tentent de comprendre cette corrélation robuste mais imparfaite entre la neutralité et la latéralisation cérébrale. Nous essayons toujours.

ON S’EN FOUT?

La principale raison historique pour laquelle le lien main-cerveau était considéré comme important et est devenu une méthodologie généralement acceptée, était parce que pendant près d’un siècle, c’était le seul indice qu’un neurochirurgien avait avant la chirurgie dans lequel l’hémisphère était spécialisé pour le langage. Les cliniciens ont utilisé la neutralité comme marqueur de la latéralisation du cerveau jusqu’à ce que le test Wada (sodium amytal) soit introduit dans les années 1960.

Cette association entre la main et le cerveau a capturé l’imagination des chercheurs car il serait si utile (si facile, si non invasif, si bon marché) d’étudier les modèles d’asymétrie cérébrale en utilisant la main d’une personne comme marqueur de la latéralisation cérébrale (les méthodes directes impliquent neurochirurgie, dépistage de drogues invasives ou techniques d’imagerie coûteuses). J’ai soutenu, cependant, que de nombreux problèmes fondamentaux existent avec cette méthodologie, et je recommande de revenir à la planche à dessin pour résoudre certains de ces problèmes fondamentaux, plutôt que de continuer à adopter la méthodologie du XIXe siècle.

Une meilleure compréhension du lien entre la main dans la main et la fonction cérébrale est pertinente pour de nombreuses personnes, parmi elles: les chercheurs universitaires, les cliniciens médicaux, les patients neurologiques, les éducateurs et les gauchers. Clarifier la relation entre la neutralité et les spécialisations cérébrales fonctionnelles, et en apprendre davantage sur les mécanismes de développement et neurobiologiques qui sous-tendent ces relations, peut nous aider à mieux comprendre un large éventail de problèmes apparemment sans rapport tels que la dyslexie, le bégaiement, la variation humaine, la recherche comparative sur le cerveau, le développement. la neurobiologie du cerveau et les origines du langage humain.


Références Bibliographiques pour cette page.


VOUS POUVEZ M’AIDER à identifier et à résoudre certains problèmes théoriques et méthodologiques en prenant quelques minutes pour remplir un formulaire en ligne
Questionnaire sur la préférence des mains

© 1995-2005 M.K. Titulaire


Source de la page: http://www.indiana.edu/~primate/brain.html
Traduit par Mathilde Guibert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *